lundi 7 juillet 2014

Une (ou deux) poule(s) sur un mur, qui picotai(en)t ... du mojito !


                                                                                                                                                            ***

Mais dis donc il faut que je te raconte !
J'ai une jumelle !
Dieu (lui ou quelqu'un d'autre qui avait pris de la coke peut être, en tous cas quelqu'un d'un peu défoncé sans nul doute) dans sa grande bonté, me l'a envoyée il y a quelques années (elle dit 4, je dis 2, donc ça doit faire 3 ans logiquement).
Je l'ai rencontrée en allant traîner mes guêtres sur son merveilleux blog 365 pics et plus.
Je lui laissais des commentaires débiles, très Pierre Richard Style, et elle kiffait puisqu'elle est ... comme moi !
(ben c'est un peu le principe des jumelles t'as raison ok)
(même des jumelles maléfiques)
(et par exemple cette manie des parenthèses c'est chez elle que je l'ai chopée)
Donc, joie, bonheur, petits poneys dans le ciel, j'ai une jumelle !
Et de temps en temps, elle monte à Paname et on essaie de se voir.
La dernière fois, il ne s'était pas passé grand chose à part que j'avais failli la tuer et qu'elle m'en reparle à chaque fois (Bob Richard et la fête d'anniversaire) ...
Cette fois, elle montait pour 2 jours de taf avec une collègue.
Quinze jours avant, elle me contacte et me demande de choisir entre les deux soirées qu'elle a sur place.
"Je prends le mercredi soir, le 2 juillet", je réponds.
"Je pourrai pas être là avant 19h" je précise.
Elle valide, et puis on ne se parle plus trop.
Jusqu'à ce fameux mercredi soir.
Je monte dans le train après avoir largué mes loulous au bb sitter, mon mec n'étant pas encore rentré du taf (ma vie passionnante tu l'as voulue tu l'as eue ;)).
Assise dans mon wagon, j'envoie un petit sms à mon Evil Twin.
"Coucou, je serai Gare de Lyon à 19.15, je te retrouve où mon bichon ?"
Elle me répond qu'elle cherche un endroit sympa, qu'elle va demander à droite à gauche, et surtout à Huggy les Bons tuyaux, qu'elle va voir tout ça, et qu'elle me recontacte.
Bon ... mais mon train continue d'avancer, et elle ne me recontacte pas.
Je commence à trouver ça un peu vaseux.
Je la relance : "Heu ... J'arrive dans 15 mn, je vais où après ???".
Et là, coup de fil.
"Dis donc, c'est Roca, mais c'est demain qu'on se voit tu t'es encore plantée ou quoi ?!!!"
Elle se bidonne.
Là, je te vois déjà glousser et surfer sur ma mythologie personnelle.
Ce serait pas chic de ta part.
Même si je te comprends.
Mais il faut tenir compte d'une paille, d'une pécadille, d'un insignifiant petit détail ...
Elle est, je te l'ai dit, ma jumelle !
Et même ma jumelle maléfique.
De sorte que, après vérification, elle m'a avoué que c'était elle qui avait merdé et qu'on avait bien rdv ce soir là ! Mais qu'elle visualisait le lendemain ... Le même cerveau de poule j'te dis !!
Je finis donc par arriver en Gare de Lyon, et elle me dit de la rejoindre dans le 11ème, près de l'hôtel où elle créchait.
Je traînouille à la recherche d'un plan de métro.
Et je reçois un sms de mon mec.
"Sympa ton pantalon de costard avec les talons et le tee shirt blanc léger !".
Ah ben merde alors !
Mais comment ???
Je regarde mon téléphone.
Je regarde autour de moi.
Personne.
Ni dans mon téléphone ni autour !
Je fais ma désormais célèbre "tête de poule qui a trouvé une clé à mollette".
Bizarrement ça ne m'aide pas du tout et je n'y comprends toujours rien.
Il a eu pitié et m'a envoyé la Révélation (mon mec hein, pas Dieu, lui a il a renoncé depuis longtemps je pense !)
En fait, c'était tout con : mon Big Brother était dans un train au départ quand je suis sortie du mien !
On a des vies trop kiffantes non ?!?
Non ??
Non t'as raison c'est complètement con, et puis toi tu veux savoir où je suis allée finalement, je te comprends ...
Hé ben je me suis mise en route vers le métro pour aller vers Voltaire, tu sais, près de son hôtel.
Mais j'avais pas fait 3 pas que mon téléphone a sonné.
"C'est Roca, en fait ne viens pas, vas plutôt directement au Musée de la Mode et du Design c'est tout près de la Gare de Lyon et il y a un super bar qui s'appelle Wanderlust !".
Je pars donc vers Bercy.
Je commence à marcher sous le caniar avec mes talons (sur les pavés c'est le pied, ma personnelle version de sous les pavés la plage, mouarf !).
Il fait hyper beau, je suis jeune et jolie (enfin je me SENS jeune et jolie steuplé c'est déjà pas si mal), le monde entier m'appartient !
J'ai mis ce pantalon de costume d'homme dont je suis folle (le pantalon, pas l'homme, attention pas de polémique stp car il n'est pas à moi tu sais (l'homme, pas le pantalon, mais enfin essaie de suivre s'il te plaît !)).
C'est pantalon de tailleur sur mesure, en laine d'été, super fluide, super canon.
Je le surkiffe.
Mais je commence à sentir des gouttes dégouliner le long de mes mollets quand même ...
En fait la laine d'été, quand même, ça reste un peu de la laine, donc un peu chaud pour le plein été et je commence gentiment à me liquéfier jusque dans mes chaussures.
C'est pas grave, je suis toujours presque jeune, presque jolie, presque pas en sueur, le quartier m'appartient !
Je continue à marcher mais, as usual, se présente rapidement un problème.
Quelle direction ?
Il est où ce putain de Musée de la Mode et du Design ???
Je décide que je suis une femme moderne et autonome, et je me mets sur l'appli Mappy.
Rapidement, je ne comprends plus rien, car la petite flèche blueue (aka moi) se déplace, mais jamais dans le sens de l'itinéraire conseillé.
Pourtant un enfant de 7 ans pourrait y arriver.
Mais moi je sais pas, ça le fait pas.
Je m'énerve, je ronchonne, je me sens con comme une poule et j'arrive à rien avec cette appli, il faut se l'avouer.
Je recours donc à la bonne vieille méthode du "demande donc ton chemin".
J'adore cette méthode.
Surtout à Paname où les gens sursautent à moitié quand tu leur dis simplement "bonjour" !
Bref, après avoir marché 20 bonnes minutes, j'arrive sur les quais de Seine et je commence à descendre pour atteindre les docks.
Ca pourrait être canon si je ne devais pas surveiller mes pieds pour éviter les bouts de tessons qui jonchent les pavés ...
Je continue quand même et je cherche, cherche, cherche où peut être ce bâtiment.
Je finis par me décourager un peu et par m'assoir sur un banc 5 minutes sans toi (et regarder les gens tant qu'y en a).
Ca sonne.
"C'est Roca on est dans le taxi, en fait Wanderlust il paraît que c'est tout pourri on va pas y aller, on se rejoint sur les quais et tu cherches un endroit sympa en nous attendant ok ?".
Je regarde autour de moi.
Y a pas grand chose à part mes tessons.
Un endroit sympa implique apparemment de marcher encore looooongtemps, et mes pieds sont de moins en moins d'accord.
Je décide en mon for intérieur que moi aussi je veux poser mon cul dans un taxi pour réfléchir (climatisé de préférence d'ailleurs).
Donc il faut que je retrouve la rue.
Donc il faut que je quitte les quais.
Donc il faut que je remonte vers le ventre de Paris.
Mais je trouve pas, je suis paumée, tout a l'air d'un hangar désaffecté et j'en suis à espérer que la nuit ne tombe pas trop vite quand je vois ... un escalier !
Un escalier qui monte s'il te plait !
(je m'en fous qu'il descende aussi moi je veux sortir et la terre avec les voitures et les copines assises dedans, tout ça est en haut, loin au dessus des quais ...
En haut de cet escalier, c'est comme une oasis après mon désert : finis les tessons, bonjour les bouteilles !
J'ai atterri dans un open bar hyper sympa, immenses terrasses longeant la Seine, jeunes gens souriants, bouteilles de bière fraîche, petits bancs Fermob, petit vent frais qui te rafraichit les poteaux qui te servent de jambes ...
Franchement pas mal !
J'essaie de ne pas perdre de vue mon objectif (la rue, le taxi, la Roca), et je finis même par trouver le moyen de rejoindre la civilisation.
Je me pose sur le trottoir et je donne ma position à ma pote.
Lorsqu'elles sortent du taxi, je leur dis que j'ai trouvé un endroit super sympa pour nous poser, "Venez voir c'est tout chouette, l'entrée et là et ça s'appelle ... Oh ben Wanderlust dis donc !!"
Hin hin hin.
Tu t'attends à ce que ce soit la cata du coup hein ?
Je t'ai rendu(e) mauvais(e) c'est fou ;) !
Hé bien non, pas de cata !
Des seaux de mojitos frais.
Des sandwichs tellement énormes que tu penses que seule Tabatha Cash pourrait se les enfiler (pardon c'est sale).
Des petits jeunes partout (bon j'ai pris un coup de vieux et niveau sensation de puissance j'admets qu'e ce n'est peut être pas le monde qui m'appartient, mais juste l'immeuble, mais je kiffe quand même le moment !).
Et puis je dois dire que la nuit qui tombe sur la Seine, quand tu as un peu bu et que tu te bidonnes avec des copines, ça l'effectue bien quand même !
Je n'aurai eu qu'un seul (grand) moment de solitude.
Celui où j'ai dû me rendre aux toilettes.
(D'ailleurs je réalise que ma pote est restée 4 heures à picoler sans y aller, il va falloir sur je lui demande son secret, que je la sonde (mouarf !!!)).
Pour les toilettes c'est pas compliqué : une petite cahute, deux côtés (hommes, avec un chiotte qui ferme et des pissotières, femmes avec 2 chiottes qui ferment).
Bon les portes ne fermaient pas à clé, mais c'est pas grave, ambiance collège "tu peux me tenir la porte steuplé ?", ça nous donne un coup de jeune c'est pas plus mal.
Le problème, c'est que comme toujours, y a 20 mn d'attente pour aller pisser côté girls, et 2 pour aller côté boys.
Et donc toujours des courageuses pour aller côté boys en se disant qu'elles ne vont pas en mourir de passer devant des mecs occupés à la pissotière.
J'aurais été du genre comme ça, mais ce soir je sais pas, peut être le fait qu'ils soient tous si jeunes, que je me sente un peu comme une intruse (j'ai pas un sous tif noir sous un débardeur plus échancré que la culotte de Madonna, j'ai pas du rouge sang sur les lèvres, j'ai pas un slim qui me scie l'arrière gorge), hé ben j'ose pas.
J'attends sagement.
En observant.
Mais quelques mètres derrière moi y a une fille qui, avec un grand sourire, me dit "allez y y a de la place chez les mecs".
Elle a dû avoir l'impression de faire une action boy scout, genre "j'ai indiqué le chemin à la petite vieille qui traînait dans les toilettes".
Et moi je me suis trouvée con et j'ai dit "OK merci" au lieu de "Ta gueule merci".
C'est ballot.
Je me suis donc avancée dans l'espace réservé aux mâles, et j'ai amèrement regretté.
Il fallait évidemment passer devant les pissotières.
En soi j'aurais pu m'en remettre hein.
Mais e mec qui tenait sa bite dans la main gauche, et son tel dans la main droite, franchement je m'en suis pas remise !
Je ne saurais donc pas te dire ce qu'il faisait ...
Une photo ? Un film ? Un documentaire peut être ?
Ou un face time ???
J'ai pas épilogué, j'ai arrêté immédiatement de regarder, j'ai posé une barrière mentale dans ma tête et je suis allée pisser ...
Quand je suis ressortie il n'était plus là, heureusement !
Et je n'ai pu qu'apprécier le reste de la soirée, qui a été parfaite, à un détail près ...
Le retour.
Car quand je suis sortie de ce bar, j'ai à nouveau demandé mon chemin pour retourner choper un train Gare de Lyon.
Je m'attendais à marcher encore des plombes.
Et en 5 mn, j'étais arrivée.
C'est con hein ?
En fait, j'étais tout près !
Du bar, je pouvais même distinguer Big Ben !
Hé ben tu sais ce que j'ai fait ?
J'ai fait comme si de rien n'était, j'ai marché paisiblement mes 5 minutes, en tentant d'ignorer le jeune homme qui me parlait à coups de "Madame vous allez vers la Gare ?" comme si j'avais 75 ans ...
Le monde, l'immeuble, peut être pas c'est vrai.
Mais je peux t'assurer que mon corps et mon esprit (embrumé) m'appartenaient, et qu'eux et moi, avec les deux Caros, on avait passé une super soirée !!


*** Crédit photo : Roca ma Morue
Cadeau bonus : l'analyse du cliché
- Narines d'Elliott le dragon : check !
- Tête de poulet mort : check !
- Yeux globuleux qui louchent : check !
Le fou rire vous est offert par la maison, en vous remerciant ;) ! 


6 commentaires:

  1. HAHAHAHAHAHAHA
    "Elle a dû avoir l'impression de faire une action boy scout, genre "j'ai indiqué le chemin à la petite vieille qui traînait dans les toilettes".
    Et moi je me suis trouvée con et j'ai dit "OK merci" au lieu de "Ta gueule merci"."

    Et sinon elle devient quoi Tabatah Cash ? comment c'est daté Tabatah Cash quoi la misère ! elle doit avoir 50 balais ? ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La prochaine fois tu nous drive Huggy ce sera mieux pour tout le monde je crois ;))
      Et sinon Tabatha Cash est la premier nom qui m'est venu à l'esprit, il faut impérativement que je consulte t'as raison !

      Supprimer
  2. parce que c'est toi, parce que tu me dedicaces un post ma copine, et parce que surtout j'ai la flemme d'en écrire un chez moi, voila la plus belle pierre-richarderie de mon bref séjour à Paris :
    Le jour du retour à la maison je m'enregistre avec ma collègue, nous nous installons ds la salle d'embarquement à qlq mètres à peine du comptoir pour Air france pour NICE, on bouquine, on papote, on somnole, on bouffe bref on fait passer le temps en regardant d'un oeil fatigué de temps en temps si il ne faut pas embarquer... toujours autant de monde assis, toujours autant de monde debout, bref on s'affole pas, apparemment y'a un gros "EMBARQUEMENT IMMEDIAT" qui clignote sur l'écran mais ça ne bouge pas.... au bout de 20mn je bloque un peu sur "EMBARQUEMENT IMMEDIAT" et sort à ma collègue "putain les cons ils ecrivent "embarquement" mais y'a personne qui embarque franchement c'est lourd tu trouves pas???!!!"
    sauf que...
    sauf que les gens agglutinés ds la salle debout et assis attendaient pour l'autre ecran, l'autre depart, l'autre comptoir où là bizarement y'avait ecrit TOULOUSE et rien d'autre...
    tu as compris?
    les 2 seules connasses qui etaient encore à lire VOICI en ricanant et en se plaignant du retard du vol,les 2 seules connasses à embarquer en retard dans l'avion qd tout le monde est assis..... C'EST NOUS!!!
    à 2mn pres on se serait fait appelait au micro alors qu'on etait assises juste dessous
    imagine la gueule de l'hôtesse
    j'ai pleuré de rire un bon moment en me disant que j'avais qd même réussi à venir à Paris avec pire que moi...
    (c'est cadeau)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. scuze les fautes : appelER

      Supprimer
    2. Mais c'est tout simplement ENORME !!!!!
      Merci pour le cadeau :))
      J'aurai tant aimé que quelqu'un filme la scène (mais on la mettra dans notre film c'est pas grave ;))
      Baci !

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer