mercredi 12 février 2014

Il y a des gens ...


Il y a des gens que tu connais, qui sont des amis, des copains, et à qui tu sens pourtant, d'instinct, que tu ne peux pas vraiment te livrer.
Il y a des gens que tu ne connais pas, que tu n'as jamais vus, mais à qui  tu sais que tu peux tout déballer.
Il y a des gens que tu crois connaître et qui t'offrent autant de chagrin que d'amitié.
Il y a des gens qui te donnent ce qu'ils peuvent te donner. Et parfois ils tombent complètement à côté.
Il y a des gens que tu croises, à qui tu peux tout pardonner.
Il y a des gens qui te trahissent, à qui tu avais tout donné.
Il y a des gens qui te surprennent, qui t'éblouissent au moment où tu t'y attends le moins.
Il y a des gens qui te déçoivent, qui te font tomber de ton nuage.
Il y a des gens qui t'eblouissent, qui te propulsent dans les étoiles.
Et puis il y a des gens qui savent, qui n'ont pas besoin que tu parles pour tout piger.
Ceux là, précieux, rares, sont les perles qui traversent ma vie.
Avec le temps, j'ai appris à les reconnaître et je peux te dire ce que j'en sais.
Ils sont mes frères, mes soeurs, mes partenaires de gueules cassées.
Ils sont vivants, ou morts-vivants, heureux ou pas, perdus, sur pied, souvent tombés.
Ils sont écorchés vifs, hyper sensibles, fragiles à en pleurer.
Ils sont forts aussi, beaux dans leur souffrance, beaux dans leurs regrets.
Ils sont émouvants, souvent drôles à se tordre, mais parfois tristes à pleurer.
Ils sont humains.
Tellement humains.
Terriblement humains.
Pour ceux-là, aujourd'hui, demain, toujours, je suis et serai prête à plonger.
Parce que grâce à eux, je sais la seule chose que j'ai vraiment besoin de m'entendre répéter.
Je ne suis pas seule.

Crédit photo : Bob

15 commentaires:

  1. Oui il y a ceux qui nous font du bien et vers qui il vaut mieux aller et puis il y a les autres qui te font plus de mal que de bien et qu'il vaut mieux éviter... ça parait une évidence mais à 40 ans berges passées je comence à peine à comprendre le sens de cela ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est long hein ?
      Pourquoi c'est si long ?
      Pourquoi on s'acharne ?
      Je ne sais pas ...
      Ce besoin viscéral de plaire à tout le monde sans doute ...
      Biz à toi Chat !

      Supprimer
  2. En copiant un peu la grande Marguerite: il faut beaucoup aimer les gens. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela, ce n'est pas possible, on ne peut pas les supporter.
    Heureusement, les gens sont là; pour nous accompagner, nous décevoir, nous faire souffrir ou nous aimer...
    Nous sommes ces gens.Des gens qui dansent et qui en dansant parfois se frôlent des hanches, du cœur, parfois se rencontrent et se reconnaissent.
    Christine, une "gens" complice.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Nous sommes ces gens.Des gens qui dansent et qui en dansant parfois se frôlent des hanches, du cœur, parfois se rencontrent et se reconnaissent".
      C'est très beau, et tellement vrai !
      Merci de faire partie de ces gens qui croisent mon chemin Christine !

      Supprimer
  3. Et bien moi j'ai justement réalisé le contraire il n'y a pas longtemps chez le monsieur qui m'écoute parler tous les mardis soir.
    Putain, j'suis toute seule. Je les ai tous perdus. A force de ne pas aller, je les ai tous épuisé. Ils se sont tous barrés
    PomPom

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ... Pom Pom ...
      Tu ne les as peut être pas perdus mais juste égarés, ceux qui nous aiment, ceux qui nous aiment vraiment, on peut les retrouver un jour ou l'autre non ?
      Je te le souhaite sincèrement en tous cas.
      Mais viens ici, surtout, quand tu veux.
      Ici tu ne seras jamais toute seule.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  4. Voui, on peut les retrouver mais je crois qu'un truc est cassé. J'ai l'impression que ça ne sera plus jamais pareil.
    Et merci d'être là !
    PomPom

    RépondreSupprimer
  5. 2ième photo je fonds : http://mushandmade.blogspot.fr/2014/01/blog-post.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi !
      Mais dis m'en un peu plus stp Anonyme ;)

      Supprimer
  6. Ils sont si rares ceux qui ne fuient pas quand tout va mal, ceux qui sont toujours prêts à vous écouter, seulement écouter quand il n'y a rien d'autre à faire. Je les compte sur les doigts d'une seule main mais ils m'ont aidée à rester en vie.
    Merci pour ton blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Cat, et tu sais hélas que c'est dans les pires moments que l'on reconnaît ses amis ... Mais je me dis parfois qu'en avoir moins de 5, mais qui soient des vrais, vrais amis, c'est déjà beaucoup en fait ...
      On sait toutes les deux que les liens se tissent et se détissent tellement vite face à l'adversité !
      Je suis heureuse que tu passes par ici, que tu laisses une trace, que tu en aies envie.
      Je me permets de t'embrasser

      Supprimer