dimanche 1 septembre 2013

One, two, three ... BLOW !



Chaque fois que je vois un enfant devant son gâteau d'anniversaire, que je perçois toute l'émotion et l'affection réunies autour d'un féérique gâteau, chaque fois que j'entends cette toute petite phrase "Souffle ! Mais d'abord fais un voeu !", je repense à mon enfance ...
A vrai dire, tous les gosses sont comme des dingues devant leurs gâteaux, tellement heureux, tellement fiers, tellement les stars du jour, je trouve ça vraiment émouvant ...
Mais moi, petite fille, devant mon gâteau, j'étais surtout happée par un autre sentiment ...
Un sentiment très fort, mais qui parfois peut agir comme un poison.
L'espoir.
"Souffle ! Mais d'abord fais un voeu !"
Mes parents me le disaient toujours.
J'y croyais sans y croire, j'avais déjà compris pour le père Noël, et puis pour la petite souris, alors le voeu c'était peut être tout aussi impossible non ?
Et pourtant, chaque année, toute mon enfance, et même après comme un putain de réflexe pavlovien qui me donnait la nausée, chaque année j'ai fait le même voeu.
Jusqu'à mes 18 ans en fait ...
"Seigneur, faites que ma maman guérisse !".
Je l'ai redit dans ma tête en y croyant de tout mon coeur et de toute mon âme, tous les ans, même si je savais d'année en année que ce voeu avait de moins en moins de chance de se réaliser ...
J'ai continué, comme une gosse, comme une folle, comme une conne, chaque année.
J'ai fêté mes 18 ans avec elle, et puis elle est morte dans les mois qui ont suivi.
Je n'ai plus jamais fait de voeu en soufflant mes bougies, mais malgré tout, je me fais cueillir à tous les coups dès qu'un môme approche son visage du merveilleux gâteau, et je me surprends à le dire, moi aussi, comme pour l'exorciser : "Allez ma chérie, vas-y, souffle ! Mais d'abord ... fais un voeu !".

7 commentaires:

  1. Même si je n'ai pas de bougie à souffler, je fais le vœu que ton chagrin devienne plus doux... Je fais le vœu que ce soit possible, un jour.
    Des baisers.
    Christine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christine !
      Celui là va se réaliser c'est certain, avec le temps va tout s'en va comme dirait Férré ...

      Supprimer
    2. C'est marrant ( enfin si on veut): "avec le temps" est la chanson que j'adore chanter pour mettre de l'ambiance au travail!!!
      Ce qui fait dire à mes (plus) jeunes collègues "hé, mais c'est qui Léo Ferré?"...J'en pleure!

      Supprimer
  2. je fais le voeu que les anniversaires, et le reste, te soient aussi doux que possible, et je t'embrasse si tu me le permets ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Blandine c'est adorable de ta part !

      Supprimer
  3. Je crois tellement comprendre et partager ton sentiment. J'ai la glande à pensée magique totalement asséchée et pourtant je conserve ce dernier petit réflexe pavlovien de superstition. Je me souviens que longtemps après la mort de Paúla, quand Marco me disait un truc du genre "tu ne devineras JAMAIS qui a appelé !!!", la première idée qui me venait était "Paúla". "Elle n'est pas vraiment morte, je le savais !". J'arrivais à me vautrer dans cette pensée comme un chat sur ton pull en cachemire préféré. Et puis c'était déjà fini, et je savais ce que me coûtait ces quelques secondes d'exaltation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je frissonne à te lire ...
      Cette douleur on s'y habitue, on l'apprivoise, et parfois sans qu'on sache pourquoi, on se la reprend en pleine gueule !
      Heureusement qu'il nous reste des bouts de cachemires comme nos mecs ou nos enfants, ou nos copines aussi, pour nous réconforter ...
      Des bises ma belle !

      Supprimer