lundi 15 juillet 2013

Et les shadocks pompaient, pompaient ...


Tu sais quoi ? Je suis une grosse veinarde, je suis partie en vacances !!
Mais avant de partir, comme tout le monde, j'ai dû me soumettre à une épreuve de force, à l'Epreuve même en ce qui me concerne : celle de faire les bagages et de charger la bagnole pour ... partir !
J'ai une petite famille que j'adore, que tout le monde m'envie ou presque, mais qui, comment dire, peut parfois me vriller légèrement les nerfs (oui il m'arrive d'avoir envie de tous les envoyer jouer dans le mixer, je sais, c'est maaal !).
Le matin du jour du départ, en général et en partculier, comme je suis une femme trèèèès organisée ... rien n'est prêt.
Enfin ne soyons pas trop durs envers moi-même, j'ai quand même fait une chose : une liste.
Oui, dans les jours qui précèdent un départ je commence à noter pathologiquement soigneusement les choses à ne pas oublier sur un petit papier (ou plusieurs) que je perds allègrement que je ne retrouve pas toujours au moment opportun hélas ...
Donc le matin de notre départ, j'avais ma liste.
Que je n'avais pas perdue.
Enfin que j'avais miraculeusement retrouvée mais bon on va pas chipoter.
Je commence donc par demander à mon mec de bien vouloir me sortir les sacs de voyage du petit grenier.
Il me descend des grosses valises, des ponchos, des merdes en tous genres, et je monte donc chercher les sacs de voyage (lui et moi on parle pas toujours la même langue ça nous handicape un peu du couple mais on tient bon rassure toi !).
Une fois que j'ai enfin les sacs, il faut les remplir évidemment, y en a 3 qui suivent merci les gars.
Donc je sors ma liste, et je commence à faire des piles de trucs à emporter.
De la liste à la pile, tu te dis qu'il n'y a qu'un pas et que le plus dur est fait.
Je le pensais aussi.
Dieu que tu étais con !
Enfin je veux dire Dieu que j'étais con (te fâche pas j'rigole) !

Je commence, donc.
Une pile sur la table de la cuisine, avec les affaires de ma fille.
Qui disparaissent au fur et à mesure que je les pose.
Avec des légers bruitages ...
"Oh maman trop bien tu as retrouvé mes brassards Hello Kitty !!"
"Oh maman j'adore cette robe regarde comme je suis belle dedans attends je vais chercher une barrette ah non y en a une sur la table attends je la mets oh trop bien j'adore attends je sors dans le jardin je prends un livre y en a un sur la table justement c'est trop cool attends je me vais déshabiller dehors ..."
Et hop, y a plus queud sur la table !
Je ne me décourage pas et je fais une autre pile avec les affaires de mon fils, sur la table basse du salon (un changement d'air c'est salutaire, proverbe indien).
Mon fils : Pré-ado - 10 piges - Tête de pioche (élevée à la taloche comme dirait l'autre) - pour te situer l'engin.
"Fils tu peux me descendre ce dont tu as besoin pour les vacances stp ?"
Deux caleçons et trois tee shirts troués plus tard : "Fils, tu es sûr que tu n'as rien d'autre à me donner pour les 10 jours où on part ???"
Je lâche l'affaire et l'enfant, je monte moi-même constater le désert de son placard et je me démerde avec les moyens du bord (de toutes façons il mettra les mêmes fringues durant 10 jours c'est un principe inutile de lutter).
Je commence alors une 3ème pile : celle de la bouffe à emporter, lait de riz pour mon ancienne allergique, gâteaux pour la bagnole, et des trucs hyper-importants à ne surtout pas oublier genre clés de maison(s), papiers, thune, etc.
Et là je vois une nuée de mains, grandes et petites, qui déplacent, fouillent, prennent, redéposent, questionnent, titillent, bref ME FOUTENT UN BRIN D'ENFER BORDEL !!!
Je commence à être un peu moins zen (c'est à dire que les voisins appellent les flics pour tapage diurne) mais je parviens à prendre sur moi (c'est à dire que mon mec me baillônne).
Je commence une 4ème pile avec mes fringues à moi, que je ne parviendrai pas à évaluer étant donné que je passerai les 180 minutes suivantes à tenter de récupérer le contenu des 3 premières piles pour les mettre tant bien que mal dans des sacs de voyage ...
En général, je finis par partir avec des moon boots à la plage du coup, et je fais la gueule toute la semaine, mais c'est pas grave c'est les vacances chérie t'aurais pu y penser quand même on se demande comment tu prépares tes bagages hein ? Chérie ??? Pose cette hache tu me fais un peu peur !

Bref, ça prendra trois heures environ pour réussir à tout récupérer, à charger le coffre, à le décharger parce qu'ils ont finalement envie de prendre aussi les trottinettes et que j'ai fini de remplir le coffre mais y a plus la place pour elles donc s'te plaît maman on refait tout c'est pas grave hein ???
Et quand, à 14 h, tout le monde est enfin prêt à partir alors que tu avais fixé dans ta tête un départ à 10 / 11 h (note pour plus tard : arrêter de se fixer des objectifs de merde), tu souffles profondément et tu te dis que ça y est, on va enfin partir.
Ton mec te demande pourquoi tu es aussi hystérique énervée c'est vrai lui il a fait les sandwichs et préparé ses 5 tee shirts et il est cool, pourquoi tu fais pas pareil ??? (ben je sais pas hein, peut être parce que toi tu as préparé tout le reste c'est à dire tes bagages, ceux des mômes, ainsi que toute la - petite - logistique de ce départ en transhumance ?).
Sur ce, il te fait son plus beau sourire, démarre la voiture, fait deux mètres ... et s'arrête.
Pour te lâcher innocemment : "Au fait on va où déjà ? Et c'est quoi le trajet ?"
GA BU ZO MEU bordeeeel !!!
(et bonnes vacances sinon !!)





5 commentaires:

  1. Non mais tu dois être planquée en permanence dans MON jardin... Et tu entends mon calme et joyeux babil lors des départs en transhumance, mais pas que!!! Courses, rangement en tout genre, invitations, et j'en passe ( inutile de biffer, RIEN n'est inutile!)
    Je crois, avec l'Expérience (et les expériences, hi hi hi...), que la grande différence entre les hommes et les femmes, ce n'est pas une sombre histoire de zizi mais de cerveau.
    Merci pour ce petit moment fort drôle ( et comme c'est bien écrit!), je m'en vais prendre mon petit dej dans le jardin...Sors si tu veux je te donnerai une miette de brioche!!!!
    Christine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'suis écroulée de rire Christine ! Non j'ai pas écouté ce qui se passe dans ton jardin, mais oui je veux bien de la brioche (une miette ne suffira jamais !) ...

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai les épaules qui bougent toutes seules à force de me poiler. Ahhh que c'est bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je travaille pour kinés sans frontières, il faut en profiter c'est un excellent exercice, les épaules qui bougent ;) !

      Supprimer