jeudi 20 novembre 2014

La vie en kaléidoscope ...



Elle est là depuis quelques jours maintenant.
Mais je ne voulais pas m'emballer.
Trop l'habitude de tomber de haut.
Trop l'habitude de perde ce que j'ai gagné.
Trop bien enregistré, ce schéma mental que tout peut arriver.
Et surtout le pire.
Mais ça fait quelques jours alors j'ose en parler.
Je crois que je parviens enfin à toucher du doigt les pierres.
Celles de mes fondations.
Celles cachées au plus profond de moi.
Celles que j'avais verrouillées.
Une fois, cent fois, mille fois.
Celles que je ne voulais pas voir.
Les pierres de taille.
Les pierres angulaires.
Les pierres tombales aussi.
Je crois que je les vois enfin.
Peut être pas toutes.
Mais quand même.
Je les regarde de bien plus près.
Plus près que jamais.
Je vois la porosité.
Je voir les aspérités.
Je vois les traces d'effritement.
Je vois les rainures, les morceaux manquants, les trous parfois.
Je vois les pavés, trop présents, trop pesants.
Mais je vois aussi la surface, devenue douce à force d'érosion.
Et la force, la force incroyable de ces fondations.
Je les regarde.
Je peux même les toucher du bout des doigts, du bout du coeur.
Et je me sens prendre du recul.
Enfin ...
Enfin !

Crédit photo : Bob

6 commentaires:

  1. Une belle écriture métaphorique....La pierre, tu la touche...et tu deviens un roc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Valou !
      Ma pierre, ton Pierre, quand je lis tes mots tout se mélange et ça m'émeut bcp ...
      xxx

      Supprimer
  2. Ahlàlà ! Bravo Bob ! Prendre du recul, enfin ! Quelle nouvelle !

    RépondreSupprimer