lundi 22 septembre 2014

Ca fait 22 ans aujourd'hui ...


Ca fait 22 ans qu'elle est morte.
J'ai réalisé ça tout à l'heure.
La journée se traînait, sans grande énergie, mais sans mélancolie.
Une journée comme une autre.
J'avais oublié.
Oublié quel jour on était.
J'ai eu le déclic en pensant à une belle date : l'anniversaire de ma copine Roca, née un 22 septembre.
Et puis, comme un miroir dans mon inconscient, est revenue la date moins aimée évidemment.
Le 22 septembre 1992.
C'est ce jour là qu'elle s'est éteinte.
J'ai rapidement calculé mentalement.
Le chiffre m'a frappée symboliquement.
Et j'ai eu envie, soudain, de revoir les photos.
Celles de mon enfance.
Les quelques photos, un album par enfant, qui ont échappé au désastre de notre vie de famille, aux drames multiples et aux nombreux déménagements ...
Et puis je ne les ai pas trouvées.
J'ai manqué d'air soudainement.
Si je les avais perdues !
Si je ne les trouvais plus ?
J'ai si peu de photos d'elle, si peu de photos d'elle et moi ...
J'ai retourné la maison et j'ai poussé un ouf de soulagement.
Les albums étaient dans le grenier.
Bien abîmés, mais toujours là.
Je suis descendue, et puis j'ai ouvert.
Et, en même temps que je tournais les pages jaunies, j'ai senti que s'ouvraient les vannes.
Je n'ai pas su quoi faire de ça.
Pas su comment calmer mes larmes.
Alors je me suis assise devant l'ordinateur et je suis venue me réfugier ici, chez moi.
Et je suis là maintenant, à nu, devant toi.
Tu ne me vois pas mais tu sais.
Si tu l'as déjà vécu tu sais.
Tu sais l'enclume sur le coeur et le corps.
Tu sais les sanglots, les hoquets, l'eau salée plein les joues.
L'envie de te rouler en boule.
L'envie de disparaître, de ne plus être toi.
L'envie de tout oublier, pour ne plus ressentir cette douleur dans le thorax.
Si tu l'as vécu aussi, tu ne sais que trop bien tout ça.
Si tu ne l'as pas vécu, profite, profite à fond de ce que tu as.
Parce qu'après ...
Après c'est fini.
Après c'est trop tard.
Après tu n'as plus que quelques photos cornées, et des larmes qui coulent lentement sur tes joues pendant que tes doigts s'agitent sur le clavier.
Des larmes qui brouillent ta vue.
Qui brouillent cette image.
Celle du bonheur, ou celle qui y ressemble en tous cas.
Je suis si petite dans ses bras, et mon frère si beau.
Elle, elle a ce sourire.
Ce sourire incroyable.
Et elle me serre contre elle.
Elle me serre fort dans ses bras.
Et soudain je crois que je pourrais tout donner, tout pour la sentir me serrer encore une fois.
Et je pleure ce manque là.
Je pleure comme une enfant.
Je pleure comme si c'était survenu hier.
Je pleure comme j'ai pleuré la première fois.
Ca fait 22 ans qu'elle est morte.
Et tu vois, certains jours, je crois que je ne m'y habitue pas.

16 commentaires:

  1. oh ma poule comme je suis désolée
    comme j'aimerais être là pour boire ce café avec toi et te serrer ds mes bras
    comme je regrette d'avoir raté ton appel tout à l'heure
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma poule, ç'aurait été bien mais j'aurais même pas pu l'avaler ce café tu vois ...
      Moi aussi je t'embrasse, très fort !

      Supprimer
  2. Chloé Farny Engel22 septembre 2014 à 08:50

    Parce que je sais, mes larmes ont rejoint les tiennes et nous voilà toute barbouillées et peu vidées aussi, non? Mais pas seules! Des bises +++

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca m'émeut de t'imaginer en larmes aussi tu peux pas savoir ...
      On n'est pas seules, tu as raison c'est déjà ça !

      Supprimer
  3. Sens mon regard intensément plongé dans tes prunelles, sens la chaleur de ma main sur la tienne, sens le silence que j'observe en te laissant te vider de ce qui doit sortir.....je t'embrasse
    Laetitia N

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai senti Laetitia, merci, merci à toi.

      Supprimer
  4. Je t'embrasse très très très très fort <3
    Opio

    RépondreSupprimer
  5. oui tu étais si petite... et maintenant tu es grande... et même si parfois tu te sens encore toute petite, tu n'as plus à subir ce que les adultes peuvent faire endurer à des enfants... tu as le choix de te lever et de partir et ça ça change tout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûre d'avoir compris le message le Chat ...
      Mais j'aime quand tu laisses tes traces de pattes par ici ;)

      Supprimer
  6. J'espère que ca va mieux ce matin ...Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement le message que j'avais envie de recevoir Blandine, au mot près.
      Merci, merci bcp, ça va mieux oui.
      Je t'embrasse aussi

      Supprimer
  7. Je pense fort fort fort à toi, & puis à elle. Je te serre fort, de loin et je joins un peu mes larmes aux tiennes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bcp à toi, j'imagine bien la résonnance et je me sens presque désolée d'avoir écrit ça, ou que tu l'aies lu ... Mais je t'imagine et je me dis qu'au moins on n'est plus seules dans notre mausolée de chagrin, qu'on peut partager ça, aussi, après tout est ce que ce n'est pas simplement ça être humains ?

      Supprimer
  8. Merci d'exprimer ÇA avec une si belle écriture, je vous lis depuis peu et cela me touche d'autant plus que votre histoire ressemble tellement à la mienne sauf que moi je n'ai pas votre talent pour la dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bcp Sophie pour ce message. Je suis bien triste de lire que nos histoires sont similaires car cette partie de la mienne n'est pas la plus gaie hélas ...
      Mais il y aura d'autres temps, d'autres moments, de la joie et de l'amour.
      Pour vous, pour moi, parce qu'on le mérite non ?
      Je vous embrasse.

      Supprimer