jeudi 21 août 2014

Celle qui avait désormais un troisième oeil ...



En me lisant depuis quelques temps j'espère (j'aime imaginer des lecteurs ou lectrices fidèles, c'est mon trip judéo chrétien j'y peux rien ;)), tu as compris je pense que je suis atteinte, somme toute contre ma volonté, d'une espèce de malédiction bizarre que j'ai nommée pour te faire rire la "Pierre Richardise".
Cette malédiction me conduit à vivre des scènes plus ou moins ubuesques dans mon quotidien, mais l'avantage c'est que je peux ensuite revenir ici, dans ce petit coin de nature d'écran, pour te raconter ma vie palpitante et te faire passer la pilule de mes autres articles ...
Tu me diras, tout le monde vit des petites aventures, anecdotes, bizarreries ...
Les miennes ne sont pas forcément plus intéressantes que celles des autres.
T'as pas tort.
Mais quand même, avec le temps, je te jure que je crois qu'il m'en arrive bien plus qu'à la moyenne des gens "normaux" !
Et pourtant, j'essaie de prendre le moins de risques possibles.
Ben oui, quand tu sais fondamentalement que le moindre de tes mouvements peut engendrer une mini série de catastrophes, tu y réfléchis à deux fois.
Tu prends conseil auprès des autres, tu demandes des pistes, tu balises à mort (dans tous les sens du terme d'ailleurs !).
Et tu penses naïvement que ça suffit.
Alors que ... non évidemment !
Si je demande à despotes l'adresse d'un bon garagiste pour ne pas me faire enfler par un escroc, tu peux être sûr que je me retrouve avec une facture de 2000 euros et que je repars avec une 2CV alors que j'ai confié une Porsche ...
Si je vais me faire couper les cheveux chez une perle de la mèche rebelle, il est imparable que je vais ressortir, si j'ai demandé une coupe qui part un peu en pétard, avec une clochette de muguet sur la tête ...
Si je cherche un architecte pour agrandir ma petite maison dans la prairie, si je lui demande de choisir elle même les entreprises pour ne pas prendre le moindre risque, je ne me retrouve pas avec deux chambres en plus mais avec une chambre en moins et un procès au cul depuis 4 ans 1/2 ...
J'exagère même pas tu sais !
(Sauf pour la Porsche ok).
Malgré tout, j'essaie toujours de m'entourer de conseils et de précautions, car je me dis qui si je suivais mon intuition ça ne pourrait qu'être pire.
C'est donc ainsi que j'ai appelé une copine pour lui demander les coordonnées de sa dermatologue avant l'été.
J'avais un très très moche grain de beauté (à ce stade d'ailleurs je ne comprends pas pourquoi ça ne s'appelle pas un grain de mocheté mais on ne va pas chipoter).
Il fallait probablement le faire retirer.
J'avais regardé sur Google (mon ami mon frère, je suis sûre que toi aussi tu le fais maintenant dès que tu te poses une question) et il y avait, pour savoir si un grain de beauté pouvait être considéré comme inquiétant, différents critères.
Si il est un peu foncé (le mien était presque noir comme un four)
Si il a des contours irréguliers (le mien ressemblait à une carte de France)
Si il n'est pas plat (le mien n''avait pas le bombé de Samantha Fox mais pas non plus le lisse de Jane B.)
Bref, j'avais tout bon (ou tout faux en fait), et il fallait rapidement consulter.
J'ai pris RDV avec LA super dermato de ma copine, celle qui lui avait retiré 14 grains de beauté (et je peux te dire qu'elle elle risquait pas d'avoir un grain de mocheté vu que Cameron Diaz à côté est un laid caneton), celle qui paraît-il faisait "des points de fée" qui ne laissaient pas la moindre cicatrice.
C'était celle qu'il me fallait !
Quand j'ai eu le RDV, rapidement en plus, j'ai jubilé.
Mais pas longtemps.
Evidemment, e-vi-dem-ment, il y a eu une couille dans le potage.
Ma fille a commencé à se couvrir de pustules immondes, son Molluscum Contagiosum sa race, il lui fallait un RDV dermato en urgence.
Tu te doutes que j'ai utilisé mon RDV pour ma poulette.
Mais à la fin, quand même, j'ai demandé à la dame (pourtant pas hyper commode, ni très causante il faut l'avouer), si elle pouvait juste jeter un oeil sur mon GDM (grain de mocheté) pour me dire s'il fallait que je le fasse retirer rapidement ou pas.
Elle a regardé mon cul.
Elle a fait "huuuummmmm".
(parce que le GDM était situé sur le haut de mon cul côté gauche, ne vas pas imaginer n'importe quoi voyons !)
Et puis elle a dit "on le retire vendredi prochain".
Sans autre forme de procès comme dirait l'autre.
Moi je suis rentrée un peu flippée.
Je m'imaginais déjà avec une espèce de cancer du cul, connaissant ma légendaire tendance à être moisie dans la vie ça pouvait pas être quelque chose de moins classe que ça !
Le vendredi est arrivé, je me suis rendue chez la dame.
Elle m'a pas dit un seul mot après "bonjour" et "déshabillez vous".
Ca me met toujours très à l'aise des médecins comme ça, j'étais donc aux anges.
Un poil (et à poil) tétanisée quoi.
Du coup, j'ai pas osé poser la moindre question.
J'ai attendu qu'elle me pique pour l'anesthésie.
J'ai entendu le scalpel oeuvrer.
J'ai senti qu'elle faisait un peu de couture sur mon fondement.
Et puis qu'elle posait un pansement.
Et puis elle m'a dit "voilà c'est fini", et "on va l'envoyer au labo pour analyse", j'ai payé et je suis partie.
J'avais pour consigne de retirer le pansement pour le changer 48 h après.
Le dimanche matin donc, je suis allée me cacher dans la salle de bains.
J'ai retiré le premier pansement.
Et j'ai regardé, pour la première fois.
Avant, il y avait de GDM pas beau du tout, mais pas bien gros, peut être la taille de la moitié de l'ongle de mon petit doigt (vas y regarde tes mains et réfléchis ;)).
Après, il y avait 8 points de suture, et une balafre de 2 cm de long.
Le choc !
Cette connasse m'avait retiré quasiment la moitié du cul !
(et, avec, la moindre chance de retrouver un mec qui veuille de moi si par malheur je devais divorcer de mon rugbyman adoré !!).
J'étais défigurée.
Enfin déculgurée quoi.
Enfin tu comprends ce que je veux dire, j'étais bien dég !
"La petite fée des points", mon cul oui ! (c'était bien le cas de le dire).
Je me suis dit qu'il fallait passer outre ma colère, que ça allait sans doute bien cicatriser et laisser juste une petite marque fine (mais de 2 cm quand même !), et que ce n'était pas grave évidemment, et patati et patata.
Je devais la revoir 10 jours après pour faire retirer les points.
J'y suis donc allée.
Bien entendu, je n'ai pas dit un mot sur le fait que j'avais halluciné sur le fossé qu'elle m'avait creusé dans le popotin.
Les médecins ...
Enfin bref, j'ai rien pu dire.
J'ai juste demandé si le GDM était clean, elle m'a dit oui, ça m'a suffi comme petit bonheur.
Elle a commencé à retirer les points un à un.
Et elle a juste fait "huuuummmm".
Rétrospectivement, je me suis demandée si c'était pas un médecin manquant cruellement soit de vocabulaire, soit de mode de communication, parce qu'à part cette onomatopée franchement elle savait pas dire grand chose ...
Elle a du le sentir.
Car elle a fini par ajouter quelque chose.
"Bon, il y a un petit souci de cicatrisation, le niveau profond est OK mais pas le niveau superficiel".
Super.
Pour une fois qu'elle ouvrait sa boîte à camembert, c'était pour me balancer des mauvaises nouvelles.
Elle m'a expliqué (en deux phrases hein, ne nous emballons pas), qu'elle allait poser des strips pour "finir le travail".
J'ai aimé l'expression, qui personnellement me fait penser à Victor Nettoyeur dans Nikita.
Rassurant quoi.
Elle a donc posé ses foutus strips.
Elle a juste ajouté "il ne faut surtout pas y toucher avant 7 jours".
Elle a ensuite posé un pansement par dessus.
Et je suis repartie, avec mon cul en réparation.
Le soir même, le pansement était plein de sang, ça se voyait et ça m'inquiétait un peu.
Je l'ai dit à mon mec.
"Mais t'inquiète pas !", m'a-t-il répondu.
Il a ajouté qu'il m'aimerait toujours, même si j'avais qu'un demi-cul, et que ce petit morceau en moins ne changeait rien à son attachement éternel.
Bref, il s'est bien foutu de ma gueule.
Moi quand même, j'étais pas tranquille.
"Je vais appeler le médecin je crois hein hein qu'est ce que t'en penses ?".
Et c'est là, à ce moment précis de l'histoire, que j'ai commis ma plus grosse erreur.
Celle que je commets tout le temps en fait.
Je suis convaincue, comme je doute en permanence de tout ce que je pense, que les autres SAVENT.
Donc je demande.
Tout.
Tout le temps.
A tout le monde.
Au lieu de suivre ma putain d'intuition.
Parce que j'ai une putain d'intuition, oui.
Une sorte d'"antenne à emmerdes" pour être exacte.
Quand quelque chose va tourner vinaigre, quand la malédiction revient, quand ça commence à sentir méchamment le roussi, je le sens, je le sais, en général avant tout le monde.
Mais comme je ne me fais pas confiance, je laisse venir.
Et c'est la cata.
Hé bien là, j'ai fait ça.
J'ai laissé venir.
Il m'a dit "mais n'appelle pas !".
Et je n'ai pas appelé.
Une semaine plus tard j'ai retiré le pansement.
Et je voulais retirer les strips aussi.
Mais j'ai pas eu besoin.
Parce qu'ils sont tous venus avec le pansement évidemment.
Le sang les avait complètement imbibés dès le premier jour.
(un peu comme des morues parisiennes et cannoises tournant au rosé si tu vois ce que je veux dire ;))
Du coup, pendant 7 jours, j'ai gardé sur le cul un pansement inutile, avec des strips inopérants.
Et, au final, je me suis retrouvée avec une cicatrice de 2 cm de longs, et 3 mm de large !
Ca, avec en plus les traces des points comme des petites lignes de part et d'autre du trou en amande, en y regardant bien - au delà du fait que que c'était affreusement moche bien sûr - ça ressemblait à quelque chose que je connaissais ...
J'ai plissé les yeux, et j'ai compris !
Un oeil !
Mais oui, c'est ça !
Ca ressemblait à un oeil entr'ouvert, avec des petits cils et tout !
Cette salope m'avait tatoué un troisième oeil sur le cul !!!!!
J'aurais pu m'énerver.
J'aurais pu hurler.
J'aurais pu m'amputer du cul.
Je n'ai rien fait de tout ça.
J'ai décidé d'être forte face à l'adversité.
J'ai décidé, une fois le choc passé, de faire de cette mésaventure un atout.
J'ai décidé que je n'écouterais plus jamais mon mec les autres, et que je ferais confiance à mon intuition !
De toutes façons, je ne peux plus me tromper maintenant.
Je suis quand même la femme qui a un troisième oeil sur le fondement.
Je vois l'avenir par le trou du cul presque.
Alors s'il te plaît, à partir de maintenant, pour mon intuition : Respect !



13 commentaires:

  1. merde ! alors d'abord, j'ai regardé mes ongles des petits doigts. Ensuite j'ai compté, ton cul fait donc 4cm ? salope !
    Après... ben déjà ton GDM étiat clean, et qd même niveu truc qui part en couille, je trouve que tu t'es bien débrouillée.
    Pour le 3ème oeil, t'as eu un tatouage gratos veinarde !
    (MERCI MON DIEU CE N'EST PAS MOI QUI T'AI CONSEILLE LA DERMATO)
    bisou sur la fesse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahah Opio magique ton comm !!
      J'en ai changé mon texte dus donc !
      (Et oui thank God ce n'est pas toi porte cette croix ;))

      Supprimer
  2. Sur ton troisième œil, applique de la Cicalfate de chez Avène tous les soirs. Cette crème est hyper efficace pour réduire les cicatrices, je te promets (je m'en sers sur mes marques de boutons d'acné... oui, à mon âge!).
    Et sinon, les médecins peu causants m'angoissent également, je compatis ma poule!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tente la Cicalfate et on fait le point dans 10 jours Anne ;) !

      Supprimer
  3. et sinon, OUI !!!! SUIS TON INTUITION !

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. et donc sur Facebook, sous ton post, comme article connexe j'ai : "comment preserver la glande pinéale qui est le troisième oeil ? "

    COMMENT ? JE TE LE DEMANDE ! vite Google, qu'est ce donc qu'une glande PINEALE, surtout quand elle est placée sur la fesse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MAIS OUI DIS NOUS QU'EST CE DONC ???
      (toi t'as pas trop envie de bosser aujourd'hui hein ?! ;))

      Supprimer
  6. La salope t'a déculguré. Ah ah ah "déculguré". J'en ris encore ! Et bien entendu : NE JAMAIS ECOUTER les mecs !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourrait-on même se dire que les mecs ne comprennent rien à mon cul ???
      Je me le demande Tatou ;))

      Supprimer
  7. Bob je suis désolée, vraiment, pour ton fondement, mais là je viens de faire pipi dans ma culotte de rire. Alors désolée et merci, quoi. Et soulagement puisque le truc est bénin : c'est le principal quand même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est le principal.
      Le cul c'est secondaire ;))
      Merci D.

      Supprimer