lundi 11 avril 2016

Neuf ans et la vie devant soi ...



Je la regarde et elle me fascine.
La profondeur de son regard.
L'intensité de ce qu'elle vit, ce de en quoi elle croit.
La confiance qu'elle place en nous.
La certitude qu'elle peut voir les choses en grand.
Et en même temps, cette fragilité.
Et en même temps, cette lucidité.
Des blessures, déjà.
Petites, mais douloureuses.
Comme ces peaux mortes au bout des doigts.
Anodines mais insistantes.
Le petit truc qui fait vriller.
Qui se rappelle à toi à chaque seconde.
est ce qu'elle se construit bien ?
Est ce qu'elle sera forte et heureuse ?
Est ce qu'elle y arrivera, à composer avec le monde, avec les autres ?
Est ce qu'elle y arrivera mieux que moi ?
Je le souhaite tellement, tellement fort.
Ses billes bleues me fixent.
Son sourire m'éclabousse le visage
Et quand mon coeur est au bord d'exploser elle me fige en une phrase.
Les répliques fusent.
Langage pointu, sens acéré, humour vital.
Elle est pleine de cette grâce enfantine qui m'a toujours manqué.
Elle a ce petit plus, ce petit rien, ce petit tout qui doit faire tant de bien.
Elle détient l'insouciance, quelque part dans ses mains.
Garde le ce trésor, ma belle au tempérament de feu.
Garde le précieusement.
Et lorsque tu l'auras perdu, car on le perd toujours, et toujours plus ou moins, ce jour où tu ne l'auras plus, garde au moins ceci : la confiance en demain.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire